Atelier de consultation sur Redd+ - GTCR/PO - Province Orientale

Atelier de consultation sur le Redd+ en Province Orientale

par Jean Fundi Kiparamoto et Doudou Tikaileli

workshop-redd-strat-cadre.jpgConsulter les parties prenantes de la Province Orientale sur l’élaboration d’une stratégie cadre en perspectives des négociations internationales en fin 2012. Ceci pour montrer/débattre avec à la communauté internationale sur/de la mise en œuvre efficace de la Redd+, ce programme de lutte contre déforestation et la dégradation des forêts. C’est l’objet de l’atelier organisé à Kisangani du 2 au 3 novembre par le GTCR/PO (groupe de travail climat Redd+ en Province Orientale). Parmi les participants, les organisations de la société civile de Kisangani, des territoires d’Isangi et de Bafwasende dont la présence a été marquée pour la première dans l’histoire de Kisangani, 4 Pygmées ont participé et donné leur avis et des plus pertinents lors des carrefours. Etaient aussi présents les points focaux CN/Redd et Redd+ en province, Cyrille Adebu et Médard Jawotho-Uvon.

Les travaux se sont déroulés en 4 phases tout autour du problème de réchauffement climatique à résoudre et de la stratégie cadre àredd-workshop-soci-isangi-jlste-femme.jpg complèter, dont les causes sont la déforestation et la dégradation des forêts résumés dans l’abréviation Redd (réduction des effets [ndlr : réchauffement climatique] dus à la déforestation et à la dégradation).

Phase 1. Explications du processus Redd, des causes du réchauffement climatique, de l'apport de la RDC au monde et du document-cadre

cyrille-adebu-redd-workshop.jpgExposé de Cyrille Adebu sur "le processus Redd+ en RDC", celui de l'Abbé Willy Loyombo sur "les moteurs (ndlr: causes) de la déforestation et le scénario du développement"; "Présentation générale de la stratégie-cadre" par le professeur Félicien Kabamba de l'université de Kinshasa et "Présentation détaillée de la stratégie-cadre" par le professeur Flory Nyamwoga.

Phase 2. L'apport des parties prenantes au document-cadre

Les participants nt été répartis en sept carrefours correspondant à 7 piliers, chacun devant être approfondi, reformulé et adapté aux besoins de la Provinceflory-nyamwoga-redd-kisangani.jpg Orientale, selon le contexte, les objectifs, les résultats attendus, la stratégie, les objectifs chiffrés, les activités, mais aussi selon que, des 7 piliers, quatre sont habilitants (bonne gouvernance, aménagement de territoire, foncier, démographie) c'est-à-dire favorisant l'action du reste des piliers (agriculture, forêt, énergie) à la base du processus Redd+, c’est-à-dire ayant un rapport direct avec la déforestation et la dégradation des forêts et le réchauffement climatique.

Phase 3. Mise en commun, discussions et recommandations

Les moments chauds ont été les discussions sur le cadre de concertation recommandé par le groupe I, énergie ; l’usage des engrais minéraux raisonnés suggéré par le groupe agriculture, la transparence telle que présentée par le groupe bonne gouvernance, les droits des peuples autochtones soulevés par un Pygmée du carrefour foncier…

A propos des cadres de concertation, la question était ou d’intégrer la structure Redd+ dans les cadres existants comme les 3 groupes thématiques du gouvernement provinciale, les 20 groupes thématiques de la société civile et les CCPF (comités consultatifs provinciaux des forêts) ou carrément créer un cadre à part. Les participants ont convenu d’un cadre de conertation à part vu les enjeux que représente le réchauffement climatique.

A propos des engrais minéraux raisonnés suggérés en raison du fait que arrêter la déforestation réduit l’espace de culture, l’ingénieur Chirwisa de OCEAN (organisation concertée des écologistes et amis de la nature) a proposé "de couper en 4 le champ, en cultivant la première année sur une partie, et laissant less autres en jachère; ainsi faire une culture de rotation" puisque, selon Flory Nyamwoga, "aucun engrais n'est vraiment bon pour la survie d'une bonne terre". Toutefois, répondant à l'ingénieur Chirwisa, Flory a nuancé que "on ne peut non plus faire sans engrais du tout. Il s'agit d'en user le strict minimum".

prof-kabamba-unikin-redd-workshop.jpgTrois options se sont profilées sur ce qu'il faudrait entendre de la transparence dans le contexte de la bonne gouvernance. Faut-il, s'est demandé le professeur Kabamba, placer le processus Redd sous la tutelle du gouvernement qui, dans le passé, a fait preuve d'une gestion décriée ou alors laisser toute la gestion à la société civile Médard Jawotho a plutôt suggéré que les choses en restent où elles sont, c'est-à-dire sous la tutelle du MCENT (ministère de l'environnement, conservation de la nature et tourisme) puisque, avait-il justifié "les formalités de transfert de compétences, remise et reprise ainsi que la maîtrise des dossiers par la primature retarderaient davantage le processus, déjà très en retard par rapport au calendrier initial".

Une troisième option soutenue par la majorité des participants au vote à main levée a proposé de mettre le programme sous la tutelle du premier ministre au niveau national et du gouverneur en province. "Quitte à mentionner les avantages et désavantages de chaque option", a demandé l'Abbé Willy, et "à trouver un motus vivendi sur la gestion de ce processus Redd à gros sous, car, pour un journaliste participant, "la corruption n'est pas le seul fait du gouvernement".me-expert-redd-workshop-kisangani.jpg

redd-workshop-pygmee-1.jpgS'agissant de la gestion des terres, un participant autochtone, Pygmée du territoire de Bafwasende, a demandé "que l'Etat arrête d'octroyer des concessions sur les terres qui reviennent aux peuples autochtones". Selon Cyrille Adebu, non seulement ce que venait de dire l'autochtone, mais aussi l'octroi de plusieurs titres de propriété pour une seule terre" et, a renchérit Flory, "la question de statut juridique se pose aussi pour les peuples autochtones revendiquant la propriété des terres".

Phase 4. Consultations finales et recommandations

À l'unanimité, les participants ont adopté notamment:

-        De séparer les résultats attendus des indicateurs

-        D'échelonner les indicateurs à court, moyen et long termes

 

Date de dernière mise à jour : lundi, 05 Novembre 2012

Karibunionline.e-monsite.com est un site Internet d'informations indépendant. Grâce à nos initiatives et celles de nos amis ainsi qu'aux encouragements du journal Mongongo, partenaire de Syfia Grands Lacs, le journal Karibu n'aurait pas pu être mis en ligne après 2 ans de dure labeur. Nous bénéficions aussi de la formation des journalistes dans le projet Média-Société Civile par MEPAD avec l'appui de Syfia Grands Lacs.    Rédacteur en Chef/administrateur du site:   Jean Fundi Kiparamoto. Conseil de rédaction: Jean Fundi K., Stéphane Katsourana, Doudou Tikaileli, Stéphane Muyaya, 17 ans. Nos contacts : Tél. +243 81 200 6207 / +243 97 032 9024   email: jfkt1963@yahoo.fr / karibuni_revue@yahoo.fr   Siège: Avenue Munyororo, 4, Immeuble Parisi, Commune Makiso, Kisangani, P.O, RDCongo.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site