Marche des catholiques de Kisangani - non à la balkanisation - Giris Risasi

Les chrétiens catholiques de Kisangani sont opposés à la balkanisation de la RDC

dsc-0000188.jpgPar Gilbert Risasi Sindano

Les fidèles chrétiens de l'Eglise catholique de Kisangani ont, le mercredi 2 août dernier, démontré à la face du monde qu'ils sont catégoriquement opposés au plan machiavélique contre la République Démocratique du Congo dont ils ne veulent perdre le moindre centimètre carré.

Le programme élaboré par la Conférence Nationale des Evêques du Congo (CENCO) a été scrupuleusement respecté au Vicariat ville. Après trois jours de prière dans chaque paroisse contre la balkanisation de la RD Congo, c'était le tour de la marche pacifique des chrétiens.

Le tout a commencé par une messe dite le matin de ce mercredi dans chaque paroisse des six communes urbaines de la ville de Kisangani, et de la collectivité secteur de Lubuya-Bera.

De là, les fidèles se sont convergés, en cortège et à pieds, rameau et chapelet à la main, à la Cathédrale Notre Dame du Très Saint Rosaire dans la commune Makiso. Sur la panoplie de calicots, banderoles et drapeaux qu'ils tenaient, on pouvait lire des messages tels que "Non à la balkanisation de la RD Congo; Nous voulons la paix; Tous les chrétiens catholiques de Kisangani disent non à la balkanisation et à la guerre; Unissons-nous pour la paix; Non au pillage des ressources de la RD Congo". Une particularité: la paroisse Saint Joseph de la commune Tshopo avait à sa tête l'un des fidèles en la personne du maire de la ville de Kisangani, M. Augustin Osumaka Lofanga.

Comme il fallait s'y attendre, la Cathédrale Notre Dame du Très Saint Rosaire était pleine comme un œuf. Il en est de même de l'extérieur. C'est par une procession à partir de la Procure des Missions que l'Archevêque de Kisangani, Mgr Marcel Utembi Tapa et une longue suite de prêtres, abbés sont arrivés au lieu du culte présidé par l'ordinaire du lieu et concélébré par Mgr François Mwarabu, Abbé Victor Mbatu et Abbé Marcien Babikanga, respectivement vicaire général, secrétaire chancelier et président de la Commission Justice et Paix de l'Archidiocèse de Kisangani.

Une homélie douce, mais piquante

Deux lectures ont été lues. D'abord, Esaïe chapitre 11 versets 1 à 13; ensuite, Epitre de Paul aux Colossiens chapitre 3 versets 12 à 13. Quant à l'évangile, il a été tiré de Saint Jean Chapitre 20 versets 19 à 23.

Dans son homélie, l'officiant du jour a expliqué les trois raisons de cette cérémonie. Primo, il s'agit de la célébration, par l'Eglise catholique, de la Fêté de Saint Alphonse-Marie. Ce dernier, a dit Mgr Marcel Utembi Tapa, a beaucoup prêché l'amour de Dieu qui a créé l'homme en son image. Ainsi a-t-il donné aux hommes tous les moyens pour qu'ils soient comme lui.

C'est pourquoi le prélat catholique a demandé aux chrétiens de bien pratiquer la parole de Dieu par où viendra la vie. "Nous prions aujourd'hui pour que Dieu promeut la bonté et l'amour entre nous et dans la Région des Grands Lacs; le reste viendra après", a-t-il exhorté.

Secundo, il s'agit de la Fête des parents qui sont les représentants de Dieu parmi les hommes, dans la famille. Dieu se manifeste à travers les parents. Mgr l'Archevêque a appelé les fidèles à avoir de la considération aux parents et de ne pas les oublier même s'ils sont déjà morts car ils nous donné la vie et nous ont élevés. Ils sont le patrimoine de la famille et de la nation; ce sont eux qui nous ont donné de la richesse que nous devons protéger, a souligné Mgr Marcel Utembi Tapa, avant de conseiller les participants d'aller entretenir les cimetières à leur retour à la maison.

Tertio, il s'agit de concrétiser la prière de l'unité, de la paix dans notre pays conformément à la déclaration de la CENCO. Selon Mgr Marcel Utembi Tapa, les évêques sont très touchés par les événements de l'Est qui vont faire bientôt 20 ans depuis 1994. "Nos frères et sœurs sont en train d'être exterminés, déplacés violés à cause de la guerre. Ils sont dans les souffrances, ils ont tout perdu. Tout cela, c'est l'œuvre de Satan, le diable", a-t-il tonné.

"Les évêques doivent parler clairement pour que tout le monde de l'intérieur et de l'extérieur puisse nous entendre. Nous avons besoin de la paix, de l'unité et non de la guerre", a ajouté l'officiant du jour. Et lui de se poser cette question: "Cette guerre qui nous dérange vient-elle d'ailleurs ou elle a des complices parmi nous? L'ennemi ne peut voir d'issue si nous sommes unis. Le message nous concerne d'abord nous-mêmes les Congolais".

Pour le prélat catholique, les peuples, créatures de Dieu, doivent faire la promotion des valeurs humaines, des valeurs morales. Il a appelé le peuple congolais à être uni, de résoudre ensemble les problèmes. Il a déconseillé le versement du sang d'autrui et conseillé d'aimer leur pays, d'être vigilants étant donné que les étrangers viennent en RD Congo pour piller les richesses. "Dieu nous a dotés des richesses, celles-ci doivent nous servir d'abord avant de servir les autres. Les étrangers viennent chez nous pour notre or, coltan… qui sont la cause des guerres qui se déroulent chez-nous", a-t-il dit.

Et d'ajouter: "Si nous ne faisons pas attention, cette guerre va arriver à Kisangani. Soyons vigilants. Nous ne sommes pas des ennemis entre les Ougandais, les Rwandais, les Soudanais, les Angolais… Mais nous devons protéger nos frontières. Cela n'exclut pas la cohabitation pacifique, la consanguinité. Nous disons Non à la balkanisation préparée par les étrangers; que la RD Congo soit respectée par tous ses voisins".

A l'occasion de cette célébration eucharistique, les fidèles catholiques ont prié pour que tous les dirigeants du monde demandent les négociations dans l'unité en respectant les frontières des autres; que les Congolais cultivent l'unité, la paix pour le développement; que les dirigeants congolais négocient entre eux pour la recherche d'une paix durable; que tous les parents orientent leurs enseignements en famille dans le sens de la paix.

Une prière à réciter chaque jour

La célébration eucharistique s'est clôturée par la récitation d'une prière d'ensemble intitulé: "Prière pour la paix, l'unité et l'intégrité territoriale" dont le texte ci-dessous:

"Seigneur, Père éternel créateur du ciel et de la terre. Dans ton amour, tu nous a confié cette terre du Congo; nous te prions pour la paix dan notre pays. Et pour que cesse la guerre. Vois nos larmes versées pour des millions de morts! Vois nos cœurs blessés pour tant de familles dévastées et détruites! Vois, en particulier, les souffrances de nos frères et sœurs qui sont à l'Est du pays, victimes de cette guerre ignoble; ne permets pas que le Congo, don béni, légué par nos aïeux, soit divisé et balkanisé! Touche les cœurs de ceux qui sèment la mort et la désolation. Illumine nos gouvernants afin qu'ils travaillent pour le maintien de l'unité du peuple congolais et l'intégrité de son territoire.  Fortifie et protège ceux qui sont accablés de souffrance! Consolide la paix dans nos cœurs et entre nous! Affermis la foi et la détermination du peuple congolais dans l'édification d'un Congo pacifié, uni et prospère. En union avec la Vierge Marie, Notre Dame de la paix, nous te supplions, du nom de Jésus Christ, Prince de la paix, qui vit et règne avec toi dans l'unité du Saint-Esprit. Pour les siècles, des siècles. Amen".

Les fidèles catholiques ont été invités à réciter cette prière chaque jour à la fin de la célébration eucharistique.

Une longue procession

Après le culte, les fidèles catholiques se sont lancés dans une longue procession. Celle-ci est partie de la Cathédrale Notre Dame du Très Saint Rosaire en empruntant l'itinéraire suivant: "cathédrale-ex-hôtel des Chutes-Mairie-Rond point du cinquantenaire-hôtel Wagenia-Congo Palace-Parvis de la cathédrale, soit une distance d'environ 3 km. Au premier plan des marcheurs, l'on a noté la présence de l'Archevêque métropolitain de Kisangani, Mgr Marcel Utembi Tapa et du maire de la ville, Mr Augustin Osumaka.

 

C'est par une bénédiction finale du célébrant principal sur tous les participants que cette grandiose activité a pris fin. Peu avant, le président de la Commission Justice et Paix de l'Archidiocèse de Kisangani, l'Abbé Marcien Babikanga, a solennellement remercié l'autorité urbaine pour sa présence personnelle à toutes les étapes du programme. Par cet attachement comme chrétien, Augustin Osumaka a démontré qu'il est contre la balkanisation de la RD Congo.

Dans une déclaration à la presse, ce dernier a appuyé tout ce qui a été dit tout au long de la célébration eucharistique tout en souhaitant la fin des hostilités pour permettre au gouvernement d'appliquer le programme du chef de l'Etat.

 Journal Karibu (karibunionline.e-monsite.com)

 Marche avec la paroisse catholique Cathédrale Notre DTSR

 

 

photos Francine Matope marche-photo-1.jpg Début de la procession à la sortie de la Cathédrale Notre Dame du Très Saint Rosaire de Kisangani marche-paix-photo-2.jpgSur le parvis de la cathédrale, Mgr Marcel Utembi et le Maire de la ville (en chemise pagne jaune) marche2-photo-3.jpgAprès la marche de la paix

Date de dernière mise à jour : jeudi, 02 Août 2012

Karibunionline.e-monsite.com est un site Internet d'informations indépendant. Grâce à nos initiatives et celles de nos amis ainsi qu'aux encouragements du journal Mongongo, partenaire de Syfia Grands Lacs, le journal Karibu n'aurait pas pu être mis en ligne après 2 ans de dure labeur. Nous bénéficions aussi de la formation des journalistes dans le projet Média-Société Civile par MEPAD avec l'appui de Syfia Grands Lacs.    Rédacteur en Chef/administrateur du site:   Jean Fundi Kiparamoto. Conseil de rédaction: Jean Fundi K., Stéphane Katsourana, Doudou Tikaileli, Stéphane Muyaya, 17 ans. Nos contacts : Tél. +243 81 200 6207 / +243 97 032 9024   email: jfkt1963@yahoo.fr / karibuni_revue@yahoo.fr   Siège: Avenue Munyororo, 4, Immeuble Parisi, Commune Makiso, Kisangani, P.O, RDCongo.