Est RDC - le Rwanda annonce retirer ses soldats

Le Rwanda annonce le retrait de ses soldats de l'Est de la RDC en accord avec Kinshasa

Le Rwanda a annoncé le 31 août le retrait de l'est de la République démocratique du Congo de deux compagnies de ses forces spéciales qui travaillaient aux côtés de leurs homologues des FARDC (forces armées de RDC) dans un bataillon conjoint opérant à Rutshuru, dans le Nord Kivu. Pas de rapport avec la mutinerie du M23 qui opère dans l'est de la RDC et que Kigali est accusé de soutenir activement. Il s'agirait, selon le ministère rwandais de la Défense, de soldats qui travaillaient aux côtés de FARDC (les forces armées congolaises) dans un bataillon conjoint opérant dans le territoire de Rutshuru contre les rebelles hutus rwandais des FDLR. Des soldats dont on avait en réalité oublié la présence.

Cette présence devenait problématique à l’heure où le Rwanda est maintenant accusé de soutenir la mutinerie du M23 entré en guerre contre l’armée congolaise. Il était difficile d’imaginer en même temps des troupes rwandaises travaillant avec les troupes congolaises. C’est d’ailleurs ce que reconnaît le Rwanda : « L’environnement opérationnel a changé, dit un communiqué du ministère rwandais de la Défense, nous avons donc négocié ce retrait avec la RDC et la Monusco ».

Le Rwanda ne précise pas le nombre exact de soldats concernés, mais une compagnie est constituée d'environ 140 hommes en général. A Kinshasa, un porte-parole militaire congolais a déclaré à l'AFP pouvoir confirmer ce départ. Kinshasa avait exprimé aux autorités rwandaises son souhait de voir les soldats rwandais partir, a précisé pour sa part à l'AFP le ministre de la Défense de RDC, Alexandre Luba Ntambo. La présence de ces troupes ne se justifie plus dans le cadre du mécanisme nouveau qui a été mis en place en vue de combattre les forces négatives dans la région, a ajouté le ministre.

Le ministre fait ainsi allusion aux récentes décisions de principe de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, une organisation des Etats de la région, de déployer une force neutre de plusieurs milliers de soldats pour mettre un terme aux agissements de plusieurs milices armées dans l'Est de la RDC. A la suite des affrontements entre les FARDC et (le mouvement rebelle) M23, l'environnement opérationnel a changé et en conséquence nous avons planifié et négocié notre retrait depuis un certain temps, a commenté de son côté le général Joseph Nzabamwita, porte-parole de l'armée rwandaise. Le bataillon conjoint composé de deux compagnies rwandaises et deux compagnies de soldats des FARDC était en place depuis mars 2011, précise le communiqué rwandais.

Le retrait des soldats rwandais apparaît comme un geste de détente de Kigali à l'égard de Kinshasa, après les tensions de ces derniers mois nées des accusations de l'ONU selon lesquelles le Rwanda soutenait militairement un mouvement rebelle dans l'Est de la RDC, le mouvement du 23 mars (M23), ce que Kigali dément catégoriquement. La nouvelle force internationale neutre actuellement en discussion doit notamment viser à neutraliser cette guerilla. L'armée congolaise combat depuis mai les mutins du M23, issus d'une ex-rébellion congolaise: le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), qui a été intégré dans l'armée en 2009.

L'armée rwandaise était intervenue début 2009 sur le sol de la RDC, aux côtés des FARDC, dans le cadre des opérations intitulées Kimia II et Umoja Wetu, pour combattre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Cette milice est composée de rebelles hutu rwandais, dont certains sont impliqués dans le génocide perpetré contre la minorité tutsi au Rwanda en 1994. Le Rwanda et la RDC ont menées des opérations conjointes depuis les opérations Umoja Wetu de janvier février 2009, affirme le ministère rwandais de la Défense, à propos de la présence à ce jour de ses soldats sur le sol de RDC. Ce mécanisme conjoint, public et officiel, a succédé aux opérations militaires de 2009 et les troupes rwandaises restées jusqu'à présent avaient un mandat d'observation des mouvements des FDLR au Nord-Kivu, où cette milice commet des exactions contre les civils, a précisé de son côté à l'AFP le ministre de la Défense de RDC Alexandre Luba Ntambo.


Kigali, 1/09/2012 (RFI /AFP/MCN)

Date de dernière mise à jour : samedi, 01 Septembre 2012

Karibunionline.e-monsite.com est un site Internet d'informations indépendant. Grâce à nos initiatives et celles de nos amis ainsi qu'aux encouragements du journal Mongongo, partenaire de Syfia Grands Lacs, le journal Karibu n'aurait pas pu être mis en ligne après 2 ans de dure labeur. Nous bénéficions aussi de la formation des journalistes dans le projet Média-Société Civile par MEPAD avec l'appui de Syfia Grands Lacs.    Rédacteur en Chef/administrateur du site:   Jean Fundi Kiparamoto. Conseil de rédaction: Jean Fundi K., Stéphane Katsourana, Doudou Tikaileli, Stéphane Muyaya, 17 ans. Nos contacts : Tél. +243 81 200 6207 / +243 97 032 9024   email: jfkt1963@yahoo.fr / karibuni_revue@yahoo.fr   Siège: Avenue Munyororo, 4, Immeuble Parisi, Commune Makiso, Kisangani, P.O, RDCongo.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×